Comment le Scrum Master œuvre-t-il à la mise en place de l’auto-organisation et de la pluridisciplinarité de l’équipe de réalisation ?

Pourquoi cette question ?

Les sujets de l’auto-organisation et de la pluridisciplinarité sont souvent relégués au fond de la liste des priorités ou évoquer comme des injonctions.

L’auto-organisation pourrait se définir par “la capacité d’une équipe à définir les actions, les moyens de les conduire et les personnes les mieux désignés pour les mener”.

La pluridisciplinarité pourrait quant elle être vue comme la mixité des profils qui composent une équipe de la même manière qu’au sein d’une équipe de sport nous retrouvons différents athlètes avec des qualités différentes qui s’expriment pour le collectif.

Le développement de l’auto-organisation et de la pluridisciplinarité sont 2 sujets essentiels à travailler sur le moyen et long terme pour un.e Scrum Master.

Les réponses possibles

Bien que cette question soit éminemment complexe, nous pouvons vous proposer quelques pistes de réflexions pour élever le niveau d’auto-organisation et de pluridisciplinarité :

  • Adopter une posture basse dès lors qu’une discussion fait intervenir un sujet d’expertise
  • Encourager les prises de parole individuel
  • Rester vigilant à une distribution du temps de parole équilibré entre les équipiers, dans le respect de leur personnalité bien entendu
  • Vérifier régulièrement que l’auto-organisation est une attente de l’équipe

La pluridisciplinarité est souvent une décision que le.la Scrum Master ne peut pas prendre car il.elle n’a pas la main sur la composition de l’équipe. Une solution de contournement pourrait être de travailler à plusieurs niveaux :

  • Echanger régulièrement avec le management pour envisager les possibilités de collaboration transdisciplinaire (Par exemple : développeurs et testeurs travaillent ensemble)
  • Encourager des pratiques de production en binôme : 2 personnes de métier différent travaillent ensemble en même temps sur un besoin donné
  • Mettre en place des espaces de rencontres comme des rencontres thématiques au sein de l’organisation et montrer combien il est simple d’engager le dialogue

Les réponses à éviter

Nous vous déconseillons de forcer l’auto-organisation. Certaines dynamiques d’équipe (ou des personnes seules) se plaisent mieux dans une approche directive et prescriptive du travail à faire.

Egalement, soyez prudent à ne pas simplement poser l’auto-organisation comme une règle obligatoire. Ce principe s’apprend seul et en équipe et révèlera toute sa puissance si l’équipe apprend à s’auto-organiser.

Ne confondons pas non plus auto-organisation avec indépendance ou autonomie. Une équipe auto-organisée n’est pas un village gaulois indépendant de l’orgnaisation dans laquelle elle évolue !

Attention à forcer la pluridisciplinarité ! Trop d’organisation sont passées du coq à l’âne : à partir d’une culture de silôts et d’habitudes de travail étanches d’un métier à l’autre, mettre les équipiers en interactions permanentes. Cette approche peut générer beaucoup de stress chez certaines personnes qui auront besoin de temps pour réapprendre le dialogue, accepter les contraintes des autres, et faire évoluer son propre référentiel de travail.

Poursuivre son chemin agile avec d’autres questions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *